7th Continent : interview de Serious Poulp !

Si vous appréciez les jeux de société (autant que nous), vous avez sans doute entendu parler de The 7th Continent du studio Serious Poulp. Ce jeu mystérieux dont la mécanique s’inspire fortement des « Livres dont vous êtes le héros » ! Et si vous lisez régulièrement les articles de Jeux.com, vous savez qu’il a reçu la mention spéciale de notre Top jeux de société en solo du 1er semestre 2018.

Disponible uniquement en Kickstarter, plus de 43 000 contributeurs ont participé à la campagne rassemblant ainsi près de 7 millions de dollars. Un franc succès donc !

7th continent jeu

Pour nous aider à préparer notre dossier sur leur jeu qui arrivera très prochainement, c’est tout naturellement et très gentiment que les fondateurs de Serious Poulp, Bruno Sautter et Ludovic Roudy ont accepté de répondre à nos questions.

Serious Poulp - Bruno Sautter et Ludovic Roudy

Sachez qu’il est possible de mettre la main sur un exemplaire du jeu et les extensions en suivant ce lien : https://bit.ly/2B9vWt9

Attention, la campagne prend fin le 31 juillet ! Si vous aimez l’aventure, découvrir pas à pas une terre inconnue… Ne tardez pas, ce jeu est fait pour vous !

 

Interview de Serious Poulp : Bruno Sautter et Ludovic Roudy

  1. Jeux.com : Sur votre portail, on en apprend beaucoup sur vous, Ludovic Roudy et toi, amis d’enfance, fans de jeux, vous avez tout mis en œuvre au cours de votre vie pour produire vos propres jeux. Vous fondez donc Serious Poulp et sortez Steam Torpedo en 2011, puis 8 Masters’ Revenge en 2013. On imagine aisément le nombre de prototypes en votre possession à cette époque, qu’est-ce qui a orienté ces choix ?

Steam Torpedo et 8 Masters' Revenge

Bruno Sautter : Nous avons commencé à travailler début 2010 sur Steam Torpedo qui correspondait à un type de jeu que nous affectionnons : un jeu de confrontation tactique avec une dose de « métagame » dans l’esprit de l’indétrônable Magic The Gathering. Une fois ce premier projet publié, nous avons travaillé sur un autre système de jeu que nous avions dans les cartons et qui a débouché sur 8 Masters’ Revenge. Nous pensions naïvement que le succès critique de Steam Torpedo servirait le lancement de ce nouveau titre. Il n’en fût rien et malgré de bons retours, le succès commercial n’a malheureusement pas été au rendez-vous. À l’automne 2013 nous avons conscience qu’il fallait revoir notre approche si vous voulions perdurer et nous avons commencé à travailler sur notre « dernière cartouche » : The 7th Continent.

Magic the gathering

  1. Du coup, que peux-tu me dire sur la façon dont le projet 7th Continent a vu le jour : quand et comment avez-vous su que ce serait votre 3e jeu ?

The 7th Continent germait dans la tête de Ludovic depuis un bon moment mais le projet était trop ambitieux pour être développé de façon « traditionnelle ». Par chance, l’émergence du financement participatif – avec Kickstarter et le succès retentissant de Zombicide à l’époque – nous a confortés dans ce pari, à savoir bosser encore près de deux ans à fonds perdus sur ce projet mais avec cette fois l’espoir de pouvoir en vivre à l’arrivée, sous réserve que le succès soit au rendez-vous…

NDLR : Voir notre article sur Zombicide

7th continent Ferdinand

  1. 7th Continent est-il parfaitement comme vous l’imaginiez ? Que pourriez-vous y ajouter ?

Le jeu est proche de l’idée que nous en avions à l’origine. La grosse inconnue était l’accueil qui allait lui être réservé. La campagne Kickstarter de 2015 a démontré l’intérêt des joueurs pour le « concept » (une transposition des livres dont vous êtes le héros dans un jeu d’exploration et de survie) mais c’est à l’occasion des livraisons à l’été 2017 que nous avons eu confirmation du fait que les joueurs étaient globalement satisfais du résultat. Après, avec le recul, il y a toujours moyen de mieux faire…

7th continent boite

  1. Votre jeu n’est disponible que par les campagnes de financement. On a appris que c’était lié au matériel (d’excellente qualité) et les nombreuses cartes qui le composent, rognant ainsi sur les marges distributeurs et magasins. Peux-tu nous en dire plus ? Il ne sortira donc jamais en boutique ?

La principale raison de la non-commercialisation du jeu dans le circuit traditionnel (vente à une boutique par le biais d’un distributeur) est effectivement liée au coût de fabrication élevé du jeu. Ce coût de fabrication est intimement lié à la qualité et à la quantité des composants (la boîte de base comprend notamment 962 cartes format 80x80mm d’un papier de très bonne facture).

7th continent malédictions

L’autre raison c’est qu’avec le succès de la première campagne il était difficile de connaître le nombre de joueurs encore intéressés par le jeu. Et c’est un risque énorme pour un petit éditeur comme nous de se rater sur les quantités à produire lorsque le jeu coûte aussi cher à fabriquer. Si on ne fabrique pas assez, le risque est reporté au tirage suivant, si on fabrique trop on se retrouve avec un gros trou dans les finances et des invendus à stocker et – dans le pire des cas – à passer au pilon.

7th continent Montagne

Les secrets autour de The 7th Continent

  1. Un secret, une anecdote à nous confier sur 7th Continent ?

Grâce à The 7th Continent nous avons eu l’occasion de passer une après-midi à Londres en compagnie de Ian Livingstone, le co-auteur avec Steve Jackson, des fameux livres dont vous êtes le héros de la série « Fighting Fantasy » de notre enfance. Donc forcément un moment inoubliable !

Ian Livingstone

  1. Le succès de la campagne, en dehors du financement même du jeu, a dû booster votre confiance pour une prochaine production non ? C’est quoi la suite ?

On compte effectivement continuer à explorer les possibilités offertes par notre système de jeu en le transposant dans d’autres univers, MedFan et Science-fiction en tête… mais on a d’abord un projet à boucler et livrer avant de s’y mettre !

  1. Dans 7th continent, on sent l’influence des œuvres de H.P. Lovecraft dont nous parlons souvent sur Jeux.com au travers de nombreuses productions de jeux (vidéo, rôles, plateau, etc…). Si tu le rencontrais maintenant, tu lui dirais quoi ?

Je féliciterais l’auteur de génie pour l’originalité, la richesse et l’influence de son œuvre. Après, l’homme derrière l’auteur était quand même assez « particulier »…

Confidences de Bruno Sautter et Ludovic Roudy

  1. Y-a-t-il encore quelque chose dont vous rêviez avec Ludovic et que vous n’avez pas encore fait ?

Bien sûr ! Accoucher d’une saga digne du Seigneur des Anneaux ou du Trône de fer Oscarisée à Hollywood 😉 Non plus sérieusement, Il nous reste plein de rêves naturellement et surtout plein de projets auxquels on aimerait pouvoir donner vie.

  1. En dehors du travail, trouvez-vous le temps de jouer ? Si oui, à quoi ?

On est des joueurs passionnés donc oui forcément. Accessoirement, jouer à des jeux fait aussi parti de notre travail pour voir ce qui sort et nous aider à analyser ce qui marche, ce qui marche moins bien, et pourquoi.

Bruno : En ce moment je suis lancé dans une campagne Gloomhaven assez prenante, que j’alterne avec des parties de Twilight Struggle et du défoulement dans le dernier God of War (PS4). J’aimerais bien me remettre au Jdr, que j’ai délaissé depuis la 4ème édition de D&D.

gloomhaven boite

Ludo : Je teste pas mal de jeu mais je suis surtout en plein retour dans Warhammer Age of Sigmar. Pour l’instant c’est peinture de figurine mais dans 5 ans, dés que j’aurai fini de peindre mon armée je commencerai à jouer à ce qui sera alors sûrement la V3 ou la V4 😉

  1. Dernière question, si tu étais un jeu, tu serais… ? Et pourquoi ?

Bruno : probablement un jeu de rôle parce que j’aime que la vie soit une aventure épique dont j’écris l’histoire !

  1. Même question pour Ludovic !

Ludo : un jeu de 54 cartes car les règles ne sont pas fournies avec 🙂

7th continent sac

Merci à Ludovic et Bruno de Serious Poulp d’avoir répondu avec autant de sincérité à nos questions, nous leur souhaitons bonne chance pour la suite ! N’hésitez pas à les soutenir dans la suite de leurs projets, quelque chose me dit que ça devrait être du très bon !

Guillaume

Responsable Éditorial au sein du Groupe Actiplay depuis 2005, j'ai la charge de nos différents portails de jeux et de l'équipe en place pour les faire fonctionner. Au cours de toutes ces années, j'ai pu nouer des liens forts avec les studios et éditeurs de jeux. Passionné de jeu sous toutes ses formes depuis toujours, je m'intéresse aux concepts et mécaniques de jeux qui naissent chaque jour. Fan de jeux video depuis la SEGA Master System, régulier des jeux de société, rôliste et même GNiste, je mets à profit mon expérience pour guider les internautes de Jeux.com vers LE jeu qui mérite leur attention !