Splendor est un jeu de société très bien réalisé, facile d’accès et que nous vous recommandons de tester, si ce n’est pas déjà fait.

Vous êtes dans la peau d’un marchand de gemmes du XVe siècle contre 1 à 3 adversaires. Accumulez 15 points de victoires le plus vite possible, et c’est gagné !

La partie dure une vingtaine de minutes, et plutôt facile à prendre en main.

L’éditeur de Splendor, Space Cowboys, propose désormais une extension pour donner un peu de perspective à ce jeu déjà excellent !

Cites Splendor

Pas une, mais 4 extensions pour Splendor

Les Cités de Splendor est le nom de la boite que vous pourrez vous procurer aisément dans tout bon magasin de jeux de société près de chez vous. Et ce, dès le mois de septembre pour une trentaine d’euros.

L’avantage est qu’elle propose 4 mécaniques de jeux bien distinctes. Donc 5 façons de jouer à un seul jeu, plutôt rentable comme affaire. Il est possible de mélanger tout cela, mais au risque de déséquilibrer fortement la partie. A vous de voir.

1ère mécanique : les Cités

Cités Splendor

Ca ressemble aux cartes nobles du jeu de base, sauf que si l’objectif est rempli, c’est gagné.

Par exemple, si l’un des joueurs obtient 13 points de victoire, puis 4 mines rouges et 3 mines noires, la partie se termine.

Selon nous, cette extension se cumule de manière intéressante avec les jetons nobles en boostant le nombre de points de victoire nécessaires pour allonger la partie (30 par exemple).

Ou l’obligation de devoir cumuler un noble + une cité pour terminer la partie par exemple. Plein de variantes sont possibles.

2e mécanique : les Comptoirs

Comptoirs Splendor

 

Une tuile « comptoirs » est ajoutée en haut du plateau. 5 petits blasons sont distribués aux joueurs.

Ce nouveau comptoir permet aux joueurs qui remplissent l’un des objectifs d’obtenir un pouvoir précis (cumulables donc, si vous remplissez toutes les conditions).

Comptoirs zoom Splendor

En somme, cela force les joueurs à prendre une orientation encore plus forte que pour les objectifs tant ces comptoirs peuvent accélérer les rendements. Par exemple, avec 2 jetons au lieu d’un en remplacement du jeton doré, vous prenez un avantage considérable. Ou encore, avec 5 cartes vertes et un noble, boum : 5 points de victoire instantanés.

3e mécanique : l’Orient

L orient Splendor

30 nouvelles cartes « développement », elles ont aussi réparties en 3 niveaux, avec à chaque fois 2 cartes face visibles.

Cette extension décuple le plateau de jeu sur sa structure d’origine, et c’est très plaisant, car les cartes d’orient apportent de la nouveauté dans la construction de votre stratégie pour obtenir les 15 points de victoire.

Par exemple, l’une des cartes est une mine d’or, on vous laisse imaginer ce qu’elle produit… Si vous la voyez, ruez-vous dessus !

4e mécanique : les Bastions

Bastions Splendor

Cette extension ajoute 12 pions « Bastion » sur le plateau de jeu. Chaque joueur en reçoit 3, et pourra les positionner sur ses mines (carte développement) au moment de l’acquisition de celle-ci.

Attention, cela va se corser : vous ne pouvez acheter une carte si un bastion d’un autre joueur est présent. Mais quand vous achetez une carte (soit parce qu’elle n’est prise par aucun bastion, soit parce qu’il y a l’un des vôtres), vous pouvez poser l’un de vos autres pions bastions ou retirer celui de l’un de vos adversaires.

Et si vous arrivez à installer 3 bastions sur une même carte (vous la vouliez celle-là hein ?), et bien elle ne vous coûte pas d’action d’achat pendant ce tour ! Autrement dit, 2 achats sont donc possibles par exemple.

On vous avait prévenu, cette extension densifie les principes de base de Splendor, bouleversant vos repères. Et c’est là où l’éditeur est très fort, avec 12 pions, il révolutionne l’expérience de ceux qui voudraient vivre une autre expérience Splendor. On adore.

Les Cités de Splendor : conclusion

Ces 4 mécaniques vont crescendo dans la modification du jeu de base. Nous recommandons de les tester toutes au moins une fois pour voir celle que vous préférez, voire comment moduler l’ensemble pour faire votre jeu à vous.

Si vous avez des idées, n’hésitez pas à nous en faire part !

 

Imaginez Dragon Ball Z sur un plateau de Monopoly !

Boite Monopoly DBZ

Et bien, le dragon a exaucé votre vœu, car à partir de fin novembre, il vous sera possible de vous le procurer ! Un véritable Monopoly avec tout l’univers de Dragon Ball Z. De quoi faire un superbe cadeau pour noël à un fan !

La mécanique reste fidèle au jeu, avec ses billets, ses dés et même la prison ou le parc gratuit.

Plateau Monopoly DBZ

Par contre, tout le plateau proposera d’acheter les personnages comme vous achetiez les rues, et devinez qui est à la Rue de la Paix ? Et à la place de petites maisons vertes, on achète des « kamé houses ». En l’occurence, Hasbro joue à fond la carte de la licence.

En parlant de cartes, les cartes « Capsule Corp. » et « Red Ribbon » remplacent les cartes « Chance » et « Caisse de communauté ». Elles sont évidemment pensées pour vous rappeler les épisodes cultes ou les caractères des personnages. Par exemple, Chichi, furieuse, vous demandera d’aller passer votre permis de conduire d’urgence à la case « Voiture de Goku » ! On est fans !!

Cartes Monopoly DBZ

De plus, ce Monopoly vous proposera également 6 pions collector : une capsule, le Radar-dragon, l’armure de Végéta, l’épée de Trunks, la carapace de Tortue géniale et une Dragon Ball à 4 étoiles ! La classe.

Pions Monopoly DBZ

Evidemment, toutes les illustrations sont conformes à votre manga préféré, c’est un superbe travail de licence destiné aux vrais fans, au même titre que les versions Star Wars, Game of Thrones ou Pokemon.

Retrouvez les jeux Dragon Ball Z sur Jeux.com ici : http://www.jeux.com/9-tir-combat/dragon-ball-z/

L’histoire du Monopoly

Chez Jeux.com, on s’intéresse à tous les jeux. Du coup, on a retrouvé les plans du jeu à l’origine du Monopoly, baptisé Landlord’s game, datant de 1904 et imaginé par Elizabeth Magie. Bref, une rareté qu’on se devait de vous partager. Les rues, les gares, le parc gratuit et la prison sont déjà présents. Simplement des terrains à louer ou acheter et les prix. En complément, on imagine qu’il y a des cartes et des dés à cette époque. A partir de ce jeu, Charles Darrow crée en 1935 probablement l’un des jeux de société les plus joués de tous les temps.

 

Plateau Landlords game

Century-PlanbGames

Century est un jeu de PlanB Games, créé par Emerson Matsuuchi, illustré par Fernanda Suárez, illustratrice de renommée internationale.

Century - Boite

Century – Boite

Dans Century, vous incarnez un marchant d’épices qui va devoir vendre et acheter au meilleur prix pour acquérir des points de victoire. La mécanique de jeu tourne autour du principe de deck-building (un peu comme dans Hearthstone, retrouvez notre article ici).

Comment joue-t-on à Century ?

Concrètement, vous devrez acheter des cartes Marchand pour compléter votre main et améliorer la cohérence de celle-ci pour réaliser des combinaisons payantes. Une fois votre réserve d’épices pleine, vous n’aurez plus qu’à dépenser sans compter pour récupérer les cartes comportant les points de victoire les plus intéressantes.

Voilà un petit aperçu de ce à quoi le jeu ressemble une fois la mise en place réalisée :

  • 6 cartes Marchands faces visibles
  • 5 cartes Points faces visibles
Century - Tapis de jeu

Century – Tapis de jeu

Enfin, Le jeu se joue de 1 à 5 joueurs, pour un public de 8 ans et plus. La partie dure environ 30 à 45 minutes.

Pour plus de détails, la suite du contenu chez notre partenaire Thalwind

Edité par Libellud, créé par Régis Bonnessée et illustré par Christophe « Biboun » Fossard, Dice Forge est un jeu de « dicecrafting » ou création de dés, pour 2 à 4 joueurs, à partir de 10 ans.
Après 2 ans et demi de développement, le jeu sort ce vendredi 23 juin.

Boite de jeu Dice Forge

Comment jouer à Dice Forge ?

Le nombre de tours de jeu dépend du nombre de joueurs, il faut récolter des points de victoires pour gagner la partie.
Chaque joueur a sa couleur, son héros. La partie s’effectue à tour de rôles. Mais tout le monde lance ses dés en même temps.
Chacun obtient de l’or ou des ressources mais un seul joueur déplace son pion sur le plateau et peut réaliser des actions.

Heros Dice ForgeHercules Dice ForgeOrithye Dice ForgeUlysse Dice Forge

Dans un univers mythologique riche et joliment illustré, le but est de réaliser des épreuves pour obtenir des récompenses ou points de victoire. Des cartes vont venir compléter votre plateau de jeu personnel et vos dés qui s’améliorent au fur et à mesure que la partie avance…

Création de dés

Le fun réside dans la manipulation concrète des dés et leur évolution. Les joueurs sont actifs en permanence, même quand ce n’est pas leur tour.
Bien évidemment, l’aléatoire des dés ajoute ce soupçon de stress d’obtenir la face convoitée et passer devant ses adversaires au score !
Un exemple parmi d’autres : on peut également soustraire des points de victoire et ressources au score des autres joueurs…
Attendez-vous à de nombreux rebondissements !!

Médanes Dice ForgeMinotaure Dice Forge

Dice Forge en conclusion : des dés et du fun !

Nous recommandons de jouer une première partie pour bien faire tourner les règles. Même si ça reste un jeu familial ou entre amis, vous devrez assimiler toutes les possibilités des faces de dés, différentes cartes et ressources pour en apprécier son plein potentiel.
Malgré tout, Dice Forge est un jeu dynamique et très convivial que nous recommandons chaudement. Oui, même avec ces températures !!

Jeu complet Dice Forge

A propos de l’éditeur : créée en 2008, Libellud est l’éditeur du célèbre Dixit, mais également des jeux Loony quest, Mysterium et Seasons.